La tournée nationale estivale de l’APTS s’arrête dans le Bas-Saint-Laurent

27 juillet 2020
La tournée nationale estivale de l’APTS s’arrête dans le Bas-Saint-Laurent
Rimouski — La tournée nationale estivale de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) est de passage aujourd’hui dans le Bas-Saint-Laurent, sous le thème «La négo, c’est vital!».

Depuis des années, l’APTS dénonce la grave pénurie de main-d’œuvre, la surcharge de travail, le stress, ainsi que de nombreux problèmes de santé et sécurité du travail, qui pèsent sur les épaules du personnel professionnel et technique du réseau de la santé et des services sociaux (RSSS) et qui privent les Québécois·es des services de qualité auxquels ils et elles ont droit. La crise sanitaire actuelle a révélé ces failles au grand jour en plus de confirmer l’importance du caractère public du RSSS, qui a assuré la continuité des services alors que le secteur privé s’en est montré incapable.

«Le Bas-Saint-Laurent doit composer avec des problèmes importants de rétention des professionnel·le·s et des technicien·ne·s dans notre réseau public. La région ne manque pas d’attraits pour y faire venir de la main-d’œuvre compétente, mais on ne se donne pas les moyens de la conserver par la suite. On doit y remédier sans plus attendre et, surtout, éviter de recourir au secteur privé. Le gouvernement se doit d’apporter des solutions durables aux problèmes qui menacent notre réseau public de santé et de services sociaux et de reconnaître enfin le travail de nos membres à sa juste valeur. La première étape pour y arriver, c’est d’améliorer les conditions de travail et d’exercice du personnel professionnel et technique. C’est non seulement une nécessité, c’est vital!», soutient Laure Letarte-Lavoie, quatrième vice-présidente de l’APTS.

2020-06-09 Andree Poirier 150Des revendications pour solidifier notre réseau public de santé et de services sociaux
Le gouvernement ne pourra contrer la pénurie de main-d’œuvre et la surcharge de travail qui affligent le réseau s’il ne possède pas une compréhension réelle du travail effectué par les 56 000 membres de l’APTS et leur apport vital au RSSS. L’imposition d’indicateurs de performance et d’une cadence de travail qui ne tiennent pas compte du facteur humain dans les soins et services que le personnel professionnel et technique procure, et qui nient son autonomie professionnelle et son jugement clinique, sont des problèmes auxquels le gouvernement devra s’attaquer. Il lui faudra aussi offrir des augmentations salariales décentes pour corriger l’iniquité salariale subie depuis trop longtemps par les membres de l’APTS, dont plus de 85 % sont des femmes.

Cette ronde de négociation représente donc une occasion à ne pas manquer pour faire du RSSS un milieu attrayant où il fait bon travailler. Ainsi l’APTS revendique, entre autres, des améliorations en ce qui concerne les primes et montants forfaitaires offerts à ses membres, l’amélioration des conditions de travail et d’exercice du personnel professionnel et technique, notamment pour les salarié·e·s en centres jeunesse et en résidences à assistance continue, l’amélioration de l’accessibilité à la formation continue, tout particulièrement pour les régions éloignées de Montréal et de Québec comme le Bas-Saint-Laurent, de même que la pleine reconnaissance du travail pour plusieurs catégories d’emplois, dont celles de psychologue et d’avocat·e, qui se voient offrir des conditions nettement plus avantageuses à l’extérieur du réseau.

L’APTS, une force incontournable dans la région
«Dans le Bas-Saint-Laurent, nous sommes 2 100 membres de l’APTS à offrir des soins et des services à la population. Il est urgent de rendre ces emplois attrayants pour les futur·e·s salarié·e·s et pour ceux et celles qui sont présent·e·s et qui songent à quitter, faute de reconnaissance. Il faut corriger les erreurs du passé et rebâtir sur des bases justes et équitables. On s’attend à ce qu’un gouvernement qui promet d’être là pour les régions comprenne que valoriser des emplois dans le réseau, particulièrement dans le Bas-Saint-Laurent, c’est valoriser les services à la population et encourager nos jeunes à rester dans la région», souligne Simon Dubé, représentant national de l’APTS pour le Bas-Saint-Laurent.

Les 27 et 28 juillet, l’APTS sillonnera la région dans le cadre de sa tournée estivale pour aller à la rencontre de ses membres afin d’échanger sur les enjeux des négociations pour le renouvellement de la convention collective, d’entendre leurs préoccupations pour l’avenir du RSSS et de lancer la mobilisation pour que le travail du personnel professionnel et technique soit reconnu à sa juste valeur.

À propos de l’APTS

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) regroupe et représente quelque 56 000 membres qui jouent un rôle indispensable au bon fonctionnement des établissements du réseau. Nos gens offrent une multitude de services en matière de diagnostic, de réadaptation, de nutrition, d’intervention psychosociale et de soutien clinique et de prévention, autant de services qui s’adressent à l’ensemble de la population. L’APTS regroupe quelque 2 100 membres dans les différents établissements du CISSS du Bas-Saint-Laurent.
Retour