Fusion des laboratoires du CHU Sainte-Justine et du CHUM | l’APTS salue la décision de la ministre McCann

17 janvier 2019
Fusion des laboratoires du CHU Sainte-Justine et du CHUM | l’APTS salue la décision de la ministre McCann
«Dès le début, l’APTS avait dénoncé des fusions comme celles des laboratoires du Centre hospitalier universitaire mère-enfant (CHU) Sainte-Justine et du Centre hospitalier universitaire de Montréal (CHUM); on ne peut donc que saluer la décision de faire marche arrière dans ce dossier.»

Ainsi a réagi Carolle Dubé, présidente de l’APTS, qui représente les employé·e·s de laboratoire concerné·e·s par ce revirement. «Malgré les nombreuses incohérences du projet, voire les risques qu’il comportait pour une clientèle particulièrement vulnérable, l’administration gouvernementale précédente était allée de l’avant. La raison a désormais retrouvé ses droits», estime Carolle Dubé.

Malheureusement, le transfert des laboratoires du CHU Sainte-Justine vers le CHUM n’est pas la seule incohérence de la réforme OPTILAB, a rappelé la présidente de l’APTS. Le projet a effectivement donné lieu jusqu’à présent à de nombreux ratés à travers toute la province. Et, dans une rare unanimité, de nombreuses voix ont rabroué plusieurs aspects de cette réforme, notamment à cause de son caractère «mur à mur» qui fait fi des particularités locales et régionales.

«En renversant la vapeur comme elle l’a fait, la ministre a pris une décision qui fait preuve d’ouverture, a poursuivi la présidente de l’APTS. Il y a en effet des solutions de rechange très valables aux nombreux défauts de cette réforme et nos technologistes médicales, directement concernées par celle-ci, ne demandent pas mieux que de les faire entendre. L’APTS est leur porte-voix.»

L’APTS estime que l’analyse de la ministre doit s’étendre à l’ensemble de la réforme OPTILAB. «Il y a lieu de marquer un temps d’arrêt dans ce dossier, insiste Carolle Dubé, de prendre du recul, de rajuster le tir. C’est le moment d’écouter les options que nous avons à proposer pour en arriver à des solutions mieux adaptées et davantage en phase avec la réalité sur le terrain et le meilleur intérêt des usager·ère·s, comme ça vient d’arriver pour la clientèle de Sainte-Justine.»

À propos de l'APTS
L'Alliance du personnel professionnel et technique du réseau de la santé et des services sociaux (l'APTS) représente quelque 55 000 membres, dont plus de 6 200 technologistes médicales qui travaillent dans les laboratoires de nos établissements de santé. L’ensemble des membres de l’APTS offrent une multitude de services en matière de diagnostic, de réadaptation, de nutrition, d’intervention psychosociale et de soutien clinique et de prévention, autant de services qui s’adressent à l’ensemble de la population.
Retour