Budget | La CAQ aurait pu faire mieux pour se démarquer de ses prédécesseurs

21 mars 2019
Budget | La CAQ aurait pu faire mieux pour se démarquer de ses prédécesseurs
Au moment d’écrire ces lignes, l’encre était à peine sèche sur le plus récent budget du gouvernement du Québec. Résumons rapidement : il y a de bonnes et de moins bonnes nouvelles dans ce premier opus budgétaire de la CAQ.

D’emblée, on est heureux d’y constater une hausse de 5,4% de l’enveloppe globale destinée au réseau de la santé et des services sociaux. Après de pénibles années de régime minceur, nul doute que cela va faire du bien. On en sentira surtout les effets dans les services destinés aux aîné·e·s et aux soins à domicile, grands gagnants de ce réinvestissement.

On ne boudera certainement pas les bonnes nouvelles, sauf que la joie a tôt fait de céder le pas à la déception. En effet, ce que le gouvernement distribue d’un côté, il le reprend aussitôt de l’autre. C’est en vain qu’on cherchera une amélioration du côté de la santé publique, de la santé mentale, des programmes de DI-TSA ou de l’aide aux jeunes en difficulté.

Ces secteurs, particulièrement éprouvés par le régime d’austérité libérale des dernières années, devront encore une fois passer leur tour, et la CAQ a manqué là une belle occasion de se démarquer de ses prédécesseurs. Il y a fort à parier que les manchettes négatives concernant ces clientèles vulnérables vont continuer à s’accumuler à la une de nos médias, car ça craque de partout.

En résumé, on peut sérieusement se demander pourquoi le gouvernement ne réinvestit pas plus massivement qu’il ne l’a fait, surtout là où ça fait mal, alors qu’il peut compter sur un surplus de 5,6 G $ issu de l’an dernier et des 2,5 G $ de cette année. Il semble toutefois plus « logique » dans l’esprit de la CAQ d’engraisser le Fonds des générations pour le futur que d’aider les générations actuelles, qui en ont pourtant grand besoin.

Un reproche qui finira inévitablement par la rattraper.



2019-03-21 banniere budget Quebec 960X365
Retour