Estrie | 14 recommandations qui rejoignent les demandes maintes fois répétées de l’APTS

3 juillet 2019
Estrie | 14 recommandations qui rejoignent les demandes maintes fois répétées de l’APTS
Sherbrooke – «Renforcer la première ligne dans les CLSC, instaurer des mesures pour favoriser la rétention du personnel, améliorer les communications internes, favoriser la collaboration, etc. C’est simple, ces 14 recommandations du rapport de l’enquête interne du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, l’APTS et les intervenant·e·s qui travaillent sous la DPJ les réclament depuis très longtemps. Mais il a fallu le décès d’une fillette de 7 ans, une troisième tragédie en autant d’années, pour qu’on écoute finalement les gens qui travaillent sur le terrain avec les enfants victimes de violence. Ces 14 recommandations, il faut les mettre en place. Ça presse!», exige Emmanuel Breton, représentant national de l’APTS pour l’Estrie.

Bien que l’objectif de ce rapport soit de répertorier les mesures à mettre en place pour éviter qu’un nouveau drame se produise, l’APTS ne peut que constater qu’elles visent à contrer les effets des décisions prises par les précédents gouvernements, qui ont eu des conséquences graves sur les services de première ligne ainsi que les services en protection de l’enfance.

L’APTS ne peut s’empêcher de faire un lien entre ce rapport et les nombreuses décisions juridiques des derniers mois le (jugement Berardino et le rapport de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) sur les familles d’accueil en Mauricie–Centre-du-Québec, ainsi que le jugement Morin en Montérégie) qui soulignent le manque de ressources et de soutien des intervenant·e·s qui travaillent auprès des enfants victimes de violence.

«On dirait le jour de la marmotte! On en revient toujours à répéter les mêmes demandes. Le personnel, le syndicat et l’employeur doivent travailler ensemble pour donner suite à la totalité des recommandations de cette enquête. Il faut aussi que le gouvernement investisse des sommes importantes pour pallier les manques du réseau. Si rien n’est fait maintenant, on va se retrouver avec un autre enfant maltraité et une énième enquête, suivi d’un autre rapport recommandant exactement la même chose : investir pour renforcer la première ligne, améliorer les conditions d’exercice pour favoriser la rétention ainsi que les communications entre les divers services consacrés à la protection de l’enfance», conclut le représentant de l’APTS pour l’Estrie.

2019-05-14 banniere DPJ des solutions ca presse 960x365














À propos de l’APTS

L’Alliance du personnel professionnel et technique du réseau de la santé et des services sociaux (l’APTS) regroupe et représente quelque 55 000 membres qui jouent un rôle indispensable au sein des établissements du réseau. Nos gens offrent une multitude de services en matière de diagnostic, de réadaptation, de nutrition, d’intervention psychosociale et de soutien clinique et de prévention, autant de services qui s’adressent à l’ensemble de la population. En Estrie, l’APTS regroupe quelque 3 800 membres.
Retour