L’APTS inquiète de la privatisation des services médicaux en Abitibi-Témiscamingue

6 octobre 2017
L’APTS inquiète de la privatisation des services médicaux en Abitibi-Témiscamingue
Malartic, le 6 octobre 2017 – L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux accueille avec inquiétude l’annonce de la transformation de l’offre de services médicaux de proximité à Malartic. Sous couvert de bonifier les services à la population, notamment par l’ajout d’une infirmière praticienne spécialisée, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Abitibi-Témiscamingue transfère vers une clinique gérée par des médecins, et donc privée, les services médicaux de première ligne.

En effet, plutôt que de combler les postes de médecin et de travailleur·se social·e vacants au CLSC de Malartic, le CISSS s’apprête à les transférer au Groupe de médecine de famille (GMF) de la Vallée-de-l’Or.

En annonçant cette semaine que la réorganisation proposée prévoit l’accès à un service de prélèvement deux heures par jour, on oublie qu’il n’y a pas si longtemps une technologiste médicale offrait ce service d’abord à temps plein puis 4 heures par jour. Sans parler du fait que Malartic disposait auparavant de son propre laboratoire d’analyse biomédicale, fermé en 2012. «Et on appelle ça une bonification?!, s’insurge Jacques Michel Audet, porte-parole régional de l’APTS. Pendant ce temps, la demande de service est en hausse, notamment en provenance de l’hôpital psychiatrique.»

«Nous craignons d’assister au démantèlement progressif du CLSC de Malartic et de l’ensemble de l’Abitibi-Témiscamingue au profit du GMF, déclare le représentant syndical. Avec des ressources de plus en plus limitées, le CLSC ne sera bientôt plus en mesure de répondre aux besoins croissants. On lui reprochera alors d’être moins efficace que le privé?! Il n’y a aucune justification économique à cette opération de privatisation. Au contraire, les médecins qui gèrent le GMF bénéficient de soutien financier pour s’installer. Pourquoi ne pas investir plutôt dans le CLSC existant?»

L’APTS réclame du CISSS qu’il clarifie ses intentions et lui présente son plan stratégique de main- œuvre.

En savoir plus
CLSC.APTSQ.ORG

À propos de l’APTS
Avec 52 000 membres, l’APTS est un syndicat indispensable du réseau public de la santé et des services sociaux. Elle représente plus d’une centaine de titres d’emploi distincts parmi le personnel professionnel et technique dans les domaines du diagnostic, de la réadaptation, de la nutrition, de l’intervention psychosociale, du soutien clinique et de la prévention. Dans la région de l’Abitibi-Témiscamingue, l’APTS compte 1 540 membres.
Retour