Parité des candidat·e·s
Les Québécoises ont gagné le droit de voter et de se porter candidates en 1940. En 1947, une femme se présentait aux élections et en 1961, une première députée entrait au Salon bleu(1). À force d’acharnement, elles sont parvenues à se faire une place dans le monde d’hommes qu’est la politique.

Malgré les avancées, nous sommes pourtant bien loin d’avoir atteint la parité. C’est pourquoi l’APTS interpelle les partis politiques afin qu’ils s’engagent à faire une juste place aux candidates féminines.

État de la situation

Depuis 2003 au Québec, le nombre de députées stagne autour de 30 %(2). En 2007 et 2014, il est même passé sous ce seuil(3). C’est donc dire que les avancées réalisées depuis 1961 semblent avoir atteint un plafond difficile à franchir si aucune mesure n’est posée. Surtout que le déséquilibre en défaveur des femmes est grand, comme l’indiquent les données recueillies par le magazine L’actualité dans le cadre d’une vaste enquête réalisée en 2016(4).

On y apprend les éléments suivants
:

• Chez les parlementaires, il ne faut que 29 hommes à l’Assemblée nationale pour accaparer autant de temps de parole que 38 femmes
• Les députés interviennent 33 % plus souvent que leurs consœurs, leurs prises de parole sont en moyenne 40 % plus longues et ils déposent 25 % plus de projets de loi
• Aujourd’hui, les principaux portefeuilles ministériels sont encore majoritairement alloués à des hommes

Cette liste pourrait s’allonger encore et encore. On pourrait parler du sexisme qui sévit toujours à l’Assemblée nationale, de l’agressivité ou de la culture du boy’s club qui continuent à régner dans les cercles du pouvoir. La conséquence de tout cela est que le Québec est passé de la 22e place mondiale en matière de représentativité des femmes à la 49e!

Comment changer les choses?

Pour l’APTS, cette situation n’est pas une fatalité. Il est possible d’agir pour changer les choses et ainsi de faire en sorte que les Québécoises soient justement représentées à l’Assemblée nationale. C’est d’autant plus important pour nous, qui représentons le personnel professionnel et technique du secteur de la santé et des services sociaux, composé à 86 % de femmes.

Dans la foulée de l’adoption unanime, en 2017, d’une motion en faveur de l’atteinte de la parité, la Commission des relations avec les citoyens a déposé un rapport en mai dernier(5). Faisant la synthèse de consultations publiques tenues fin 2017, ce rapport parlementaire est certes un pas dans la bonne direction : on y reconnaît que la place actuelle des femmes en politique est problématique. Malheureusement, non seulement certains membres de la Commission ont voulu en édulcorer les conclusions(6), mais en plus le rapport ne met de l’avant aucune recommandation allant plus loin que la mise en place de mesures visant à sensibiliser les partis politiques sur cet enjeu.

Bien que l’APTS reconnaisse l’importance de l’éducation et de la sensibilisation afin d’apporter des changements durables en matière de représentativité des femmes en politique, nous demandons aux différents partis de nous indiquer leurs propositions concrètes. Sont-ils en accord avec l’instauration de quotas visant à assurer un minimum de 40 % de candidatures féminines? Que pensent-ils de l’idée d’offrir des avantages financiers, à même les fonds publics qui constituent déjà 75 % de leur financement, aux formations qui réservent des circonscriptions sûres à leurs candidates? Veulent-ils garantir aux député·e·s un meilleur cadre de conciliation de leur vie de famille avec leur travail, notamment en leur donnant accès à un congé parental?

NOTES
1. Voir le site de l’Assemblée nationale pour des détails sur les premières députées
2. «Manifeste en faveur de la représentation paritaire des femmes et des hommes à l’Assemblée nationale», Groupe Femmes, Politique et Démocratie, 2018.
3. Le site de l’Assemblée nationale offre une compilation de la représentativité des femmes, élection par élection  
4. SHIAB, Nael, «L’Assemblée nationale est sexiste et en voici la preuve», L’actualité, 2 août 2016.
5. « La place des femmes en politique », rapport de la Commission des relations avec les citoyens, Assemblée nationale, mai 2018.
6. PLANTE, Caroline, « Place des femmes en politique : un rapport préliminaire évidé », Presse Canadienne, 22 mai 2018.