< Retour
Allô y a quelqu’un ?

Depuis l’arrivée en poste de Gaétan Barrette, c’est le chaos dans le réseau de la santé et des services sociaux. Dans tous les services, dans tous les établissements, les membres de l’APTS subissent les contrecoups de la réorganisation. Le personnel professionnel et technique est à bout de souffle. Épuisé. En détresse. Au bout du rouleau. 

Partout, la désorganisation règne. 

Les services sont chamboulés dans la précipitation, quand ce n’est pas dans l’improvisation totale. Les décisions sont prises d’en haut, sans consultation. Le nombre de congés de maladie explose et, faute de moyens ou de volonté, on ne remplace pas les absent·e·s, tombé·e·s au combat. Résultat : les listes d’attente s’allongent à une vitesse folle alors qu’on demande à toujours moins de personnel d’en faire toujours plus.

Devant cette catastrophe, comment réagit le gouvernement? Il reste les bras croisés. Il fait la sourde oreille. Il ne dit rien, n’entend rien.
Devant un tel mépris, on a envie de dire : « allo, y’a quelqu’un? » Y’a quelqu’un au gouvernement qui entend la détresse? Y’a quelqu’un qui écoute la colère? Y’a quelqu’un qui comprend que nous sommes au bout du rouleau?

L’APTS comprend et entend, mais elle n’a pas d’interlocuteur. Gaétan Barrette, certain de détenir la vérité, n’en fait qu’à sa tête. Allo, y’a quelqu’un au ministère de la santé et des services sociaux?

Au cours des prochaines semaines, partout au Québec, les membres de l’APTS vont se faire entendre. Ministres, député·e·s, partis politiques : tendez l’oreille. Nous ne vous laisserons pas le choix. Vous allez nous voir et nous entendre.

À propos de l’APTS 
Avec 52 000 membres, l’APTS est un syndicat indispensable du réseau public de la santé et des services sociaux. Elle représente plus d’une centaine de titres d’emploi distincts parmi le personnel professionnel et technique dans les domaines du diagnostic, de la réadaptation, de la nutrition, de l’intervention psychosociale, du soutien clinique et de la prévention